Eldozado

…pour un Nuage en correspondance avec Del’Fine,
liée à un poème de René de Obaldia.

« Et j(e l)’ai raconté (t’) au(x) chien(s)… »
L’On m’a dit : « prends-les par la main »
Je l’ai fait, durant la semaine
ses rares joies, ses sourdes peines…

Le doigt soucieux que je m’enrhume
à ne rien moucher que ma plume
et non le nez
d’où m’écoulait un cent d’humanité

Dès que se courbe un arc-en-ciel
je rajoute un peu d’hydromel
à ce chafouin
que je brandis à bout de poing

Où porter au loin le regard
quand se dressent tant d’étendards
à l’horizon qui n’en peut mais
dont les D’Yeux ont vidé le Qu’Est… ?

Zut ! Rien, alors Eldorado ?
Rien que de sombres quiproquos ?

Ah, mes aïeux, le fer au pied
mais l’âme au berceau – à jamais !
que ne suis-je sur vos genoux
à rire en nous pouillant le cou ?

Défis dressés dans cette fange
nourrissons cette veine orange
au soir qui vient
sachant le prendre par la main

Où mieux verser, d’un même élan
la joie qui berce notre sang
qu’à l’entonnoir
qui fait d’une histoire, Mes moires !?!

tiniak ©2022 DUKOU ZUMIN &ditions TwalesK
ⓁⓄⓋⒺ ! ⓁⓄⓋⒺ ! ⓁⓄⓋⒺ !

Publicité

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s